www.sothis-egypte.com
home

Le Conte du Naufragé (P. Hermitage 1115)

Références

L'auteur

Comme bon nombre de textes de la littérature égyptienne, l’original est dépourvu de titre et l’auteur est resté anonyme. Seul le nom du copiste est indiqué dans le colophon : "...de la main du scribe habile de ses doigts, le fils d’Iméni, Iménâa, VSF !".

Le manuscrit

Le Conte du Naufragé n’est connu que par une seule version figurant sur un papyrus hiératique, découvert dans les réserves du Musée de l’Hermitage à Saint-Pétersbourg à la fin du XIXème siècle par l’égyptologue Golenischeff [1] (P. Ermitage 1115 ou P. Golenischeff ). Il en a réalisé une première traduction en français en 1880 et une transcription hiéroglyphique en 1906. Puis, en 1911, une première édition d’après un fac-similé a été publiée par Adolf Erman.

La provenance de ce papyrus est inconnue et l’on ignore comment il est arrivé dans les collections de l’Hermitage. Heureusement, il est presque intact, avec son début et sa fin, et comporte peu de lacunes. Aucun parallèle (ni copie, ni ostracon) ne permet d’expliciter les bizarreries ou de corriger les incohérences du texte. Quant à la forme, c'est une autre de ses originalités : il est rédigé d’abord en colonnes jusqu’à la colonne 123 et ensuite en lignes ; il démarre par une forme verbale continuative ("un excellent compagnon dit alors…" [2]), comme s’il y avait eu quelque chose avant, bien qu'il soit clair d'après l'état du support, que nous sommes bien en possession du texte intégral.

La datation

La paléographie est caractéristique du Moyen Empire et la langue est du pur Moyen égyptien. Tout indique une rédaction pendant la XIIème dynastie.

La composition

La composition est relativement complexe : il s’agit en effet d’une "construction en abyme" [3], comme de nombreux contes populaires (à commencer par Les Mille et une Nuits). Il ne faut cependant pas se laisser égarer par l’aspect volontairement folklorique ou oral donné au texte (cependant, il est probable que les thèmes abordés, présents à toutes les époques et sous presque toutes les latitudes ont pu nourrir la verve des conteurs, toujours actifs dans l'Egypte d'aujourd'hui) ni par le style, qui est relativement simple (ce qui en fait une des premières œuvres auxquelles s’attaquent les débutants), car c'est un texte écrit dès sa conception, destiné à un auditoire lettré, qui se lit à plusieurs niveaux, les récits des différents protagonistes s’enchâssant les uns dans les autres à la manière des poupées russes. Sa structure se résume à une forme ABCDCBA où :

- A est le cadre où évoluent les deux personnages revenant d’une expédition infructueuse (à Pount ?) c'est-à-dire un haut fonctionnaire (prince ou gouverneur - HAt(y)-a - ) et le "Naufragé" lui-même, un autre dignitaire visiblement plus expérimenté, qui n’est pas nécessairement son subordonné (le suivant ou compagnon – Smsw -).

- B est le récit à la première personne du voyage, du naufrage et du retour heureux par le Smsw.

- C décrit sa vie dans l’île et sa rencontre avec le serpent.

- D est la partie centrale du texte, qui présente le récit du serpent, introduit par les mêmes mots que ceux qui commencent le récit du Naufragé "laisse-moi donc te raconter quelque chose de semblable".

Le récit est à n’en pas douter une métaphore de la vie humaine (ne dit-on pas "s’amarrer" en égyptien pour "mourir" ?), du destin [4] et de l’expérience ("comme est heureux celui qui raconte ce qu’il a vécu..."), mais il comporte des éléments plus obscurs, étrangers à notre arrière-plan culturel, comportant une part d’ésotérisme (comme l’allusion voilée aux 74 formes du soleil dans le passage central relatant l’anéantissement des habitants de l’île [5]), et opposant à l’idéal domestique typiquement égyptien («tu reverras ta maison, tu embrasseras tes enfants ») une sagesse curieusement déviante selon laquelle il est finalement inutile de faire des offrandes aux dieux puisqu’ils ont tout ("Es-tu riche en myrrhe ? Es-tu devenu possesseur d’encens ? Je suis le prince de Pount !").

La géographie

Habitat au pays de Pount Pour différents auteurs [6], le pays de Pount, que les Égyptiens appelaient aussi "la Terre du Dieu", se situerait au-delà de la 5ème cataracte, dans une région que l'on atteindrait en remontant le Nil, puis l'Atbara, jusqu'au delta du Gash, mais la présence d’animaux marins dans les scènes du temple de Deir-el-Bahari semble indiquer que Pount disposait d’un accès maritime et les récentes découvertes de Kathryn Bard à Mersa Gawasis montrent que des expéditions minières de la XIIème dynastie empruntaient la Mer Rouge, sans doute après avoir traversé le désert, venant de Coptos ou de Thèbes.

Le pays de Pount a toujours été une destination de choix pour les expéditions égyptiennes qui en rapportaient de nombreux produits précieux, résines aromatiques, bois et animaux rares etc., d'origine africaine mais sa localisation exacte pose encore problème. Le Naufragé, à l'issue de son séjour dans l'île du Ka, reçoit du serpent toutes sortes de présents qui, nous le verrons, sont typiquement des produits de Pount. Il y a donc toutes les raisons de penser que le Naufragé faisait partie d'une de ces expéditions que les Pharaons (tels Hatchepsout) envoyaient vers ces régions. Ainsi donc, dans ce texte, il ne serait pas illégitime de traduire les différentes occurrences de l'expression wAD-wr par "mer".

Arguments en faveur de Pount

Le serpent

Habitat au pays de PountL'apparence du Serpent est celle du serpent de Napata, manifestation d'Amon liée à l'Inondation, représenté dans le temple d'Abou Simbel et sculpté dans l'éperon rocheux du Gebel Barkal. Dans le texte lui-même, le serpent qui porte la khebeset, la barbe recourbée des habitants de Pount qui est aussi l’attribut d'Amon et d'Osiris ; il se présente comme étant "le prince de Pount" et le possesseur de toutes les richesses, que naïvement, le Naufragé veut lui faire porter en remerciement de ses bienfaits [lignes 140-141].

Les produits de Pount

Tous les biens offerts par le serpent sont les produits que traditionnellement, les Égyptiens allaient se procurer au pays de Pount, comme en témoigne le récit de l'expédition qu'Hatchepsout organisa entre l'an VIII et l'an X de son règne. Cette expédition, célébrée dans son temple de Deir-el-Bahari (mur du 2ème portique, côté sud), comporte de nombreuses similitudes avec le Conte du Naufragé, en particulier la liste des denrées rapportées à Thèbes.

Texte de Deir el-Bahari :

(On charge) les bateaux en grande abondance avec les merveilles du pays de Pount, avec toutes les belles essences de la Terre du Dieu, avec des tas de (gomme-)kemyt et d'oliban, et des arbres à oliban frais, avec de l'ébène et de l'ivoire pur, avec de l'or vert du pays d'Amon, avec du (bois-)ti-chepes, du (bois-)kherit, de la myrrhe, de l'encens, de la galène, des babouins, des cercopithèques, des chiens...

Texte du Naufragé [lignes 162-165] :

Et il me donna une cargaison de myrrhe, d'(huile-)heqenou, de ladanum, de (gomme-)khesayt, de (bois-)ti-chepes, de (plante-)chaâs, de galène, de queues de girafe, de gros morceaux (?) d'encens, de défenses d'éléphant, de chiens, de cercopithèques et de babouins, toutes sortes de biens précieux.

Sur ce mystérieux pays de Pount, curieusement absent des archives diplomatiques et que nul ne parvient à situer avec exactitude, qui, mieux que Dimitri Meeks, saurait exprimer la fascination et la nostalgie des expéditions lointaines ?

La fascination de Pount c’est, en fin de compte, la fascination exercée par l’inachevé qui se refuse à être définitivement complété par l’analyse et le raisonnement. Chaque tentative paraît, chaque fois, serrer la vérité d’un peu plus près. Mais chaque travail consacré à Pount laisse à celui qui le lit, et peut-être à celui qui l’a écrit, le sentiment de quelque chose d’inabouti. Les meilleures théories n’arrivent pas à rencontrer les preuves concrètes sur le terrain : Pount existe dans nos recherches, dans nos travaux mais n’arrive pas à montrer son contour précis sur une carte. La quête de Pount sert de dernier refuge à un romantisme toléré au sein du champ austère de la recherche scientifique. [7]

Notes

[1]V. S. Golenischeff Ermitage Impérial. Inventaire de la collection égyptienne ; Les Papyrus Hiératiques n° 1115, 1116A et 1116 B de l'Ermitage lmpérial à St Petersbourg (1913).[Retour]
[2] Sauf si l’on retient la proposition de J. Baines (Interpreting the Story of the Shipwrecked Sailor. Journal of Egyptian Archaeology 76) qui y voit une formule du genre «Dd-.mdw jn ».[Retour]
[3] Dispositif insérant un récit (sous-texte) dans le récit principal ou primaire reproduisant les caractéristiques du récit primaire lui-même, l’illustrant, l’expliquant, le contredisant, le prolongeant comme contrepoint. La mise en abyme peut servir à mettre en évidence le thème central du roman, de la pièce, etc.[Retour]
[4] J.-L CHAPPAZ Que diable allaient-ils faire dans cette galère ? Recherche sur le thème de la navigation dans quelques contes égyptiens, Bulletin de la Société d’Égyptologie de Genève 3.[Retour]
[5] J. BAINES, Interpreting the Story of the Shipwrecked Sailor, Journal of Egyptian Archaeology 76.[Retour]
[6] C. VANDERSLEYEN : l'Égypte et la Vallée du Nil, PUF, 1995 ; Ouadj Our, un autre aspect de la vallée du Nil, Connaissance de l'Égypte Ancienne, 1999 ; C. DESROCHES-NOBLECOURT : Hatchepsout, la reine mystérieuse, éd. Gérard Watelet, 2002.[Retour]
[7] Dimitri MEEKS, communication présentée au colloque Encounters with Ancient Egypt, UCL Institute of Archaeology on 16th-18th December 2000.[Retour]

Translittération et traduction

Introduction

Conte du Naufragé

Dd~jn Smsw jor : wDA
Un excellent suivant dit alors : apaise

Conte du Naufragé

jb=k, HAt(y)-a ! mk, pH~n=n
ton coeur, prince ! Vois, nous avons atteint

Conte du Naufragé

$nw. sSp(=w) xrpw,
la Résidence. Le maillet est saisi et

Conte du Naufragé

Hw(=w) mnj.t, HAt.t rd=t(j)
le poteau d'amarrage est frappé, l'amarre de proue ayant été portée

Conte du Naufragé

Hr tA ; rd(=w) Hknw, dwA(=w) nTr,
à terre ; les prières sont dites, le dieu a été remercié

Conte du Naufragé

s nb Hr Hp.t sn-nw=f,
et chaque homme embrasse son semblable,

Conte du Naufragé

jsw.t=n jj=t(j) ad=t(j), nn
car notre équipage est revenu sain et sauf, sans

Conte du Naufragé

nhw n mSa=n. pH~n=n
perte pour notre troupe. Nous avons atteint

Conte du Naufragé

pH.wy WAwA.t, sn~n=n
les confins de Ouaouat, après avoir doublé

Conte du Naufragé

¤nmw.t. mk rf n jj=n (
(l'île de) Senmout. Vois donc, nous revenons

Conte du Naufragé

m Htp, tA=n, pH=n sw.
en paix, notre pays, nous l'avons atteint.

Conte du Naufragé

sDm rk n=j, HAt(y)-a, jnk Sw
Ecoute-moi donc, prince, car je suis exempt

Conte du Naufragé

HAw. ja tw, jm
d'exagération. Lave-toi, verse

Conte du Naufragé

mw Hr Dba.w=k, jx wSb=k
de l'eau sur tes doigts, et ainsi, tu répondras

Conte du Naufragé

wSd=tw=k, mdw=k n
quand tu seras interrogé, tu parleras au

Conte du Naufragé

n(y)-sw.t, jb=k m-a=k.
roi d'un coeur ferme (litt : ton coeur étant avec toi).

Conte du Naufragé

wSb=k nn njtjt, jw r(A) n(y) s
Tu répondras sans bafouiller, car la bouche de l'homme

Conte du Naufragé

nHm=f sw, jw mdw
le sauve et sa parole

Conte du Naufragé

=f d=f TAm n=f Hr.
fait qu'on lui montre de l'indulgence (litt : que le visage se voile pour lui).

Conte du Naufragé

jr=k m xr.t-jb,
Mais agis selon ton désir,

Conte du Naufragé

swrd(w) pw Dd n=k. sDd=j rf
car c'est fatiguant de te parler. Laisse-moi donc te raconter

[Début texte]

Le voyage et le naufrage

Conte du Naufragé

n=k mjt.t-jry xpr(w) m-a=j,
quelque chose de semblable qui m'est arrivé,

Conte du Naufragé

Ds=j, Sm=kw r bjA
à moi-même, alors que j'étais allé vers les mines

Conte du Naufragé

n(y) jty, hA
du Souverain et que j'étais descendu

Conte du Naufragé

=kw r wAD-wr m dp.t
vers la mer, à bord d'un navire

Conte du Naufragé

n(y).t 120 mH m Aw=s, 40 mH m
de 120 coudées de long et 40 coudées de

Conte du Naufragé

wsx=s. 120 sod(w) jm=s,
large. 120 marins s'y trouvaient,

Conte du Naufragé

m stp n(y) Km.t. mA=sn
de l'élite de l'Egypte. Qu'ils scrutassent

Conte du Naufragé

p.t, mA=sn tA, makA
le ciel, qu'ils observassent la terre, plus brave

Conte du Naufragé

jb=sn r mA(j).w ;
était leur coeur que celui des lions ;

Conte du Naufragé

sr=sn Da n jjt(=f), nSny
ils prédisaient une tempête avant sa venue, un orage

Conte du Naufragé

n xprt=f. Da pr(=w)
avant son arrivée. Une tempête était survenue

Conte du Naufragé

jw=n m wAD=wr, tp-a
alors que nous étions en mer et avant

Conte du Naufragé

sAH=n tA. fAt TAw,
que nous eussions touché terre. Le vent s'étant levé,

Conte du Naufragé

jr=f wHmy.t ; nwy.t
il fit naître la houle ; il y eut une vague

Conte du Naufragé

jm=f n(y).t 8 mH. jn xt HH(w)
de 8 coudées sous son action. C'est un espar qui la brisa

Conte du Naufragé

n=j s(y). aHa~n dp.t
pour moi. Alors le navire

Conte du Naufragé

mt(=tj) : nty.w jm=s, n sp
coula (litt : mourut) : de ceux qui étaient à son bord, il n'en resta pas

Conte du Naufragé

waw jm. aHa~n=j rd=kw
un. Et je fus déposé

Conte du Naufragé

r jw jn wAw n(y) wAD-
sur une île par une vague de la mer.

[Début texte]

L'Île du Ka

Conte du Naufragé

wr. jr~n=j 3 hrw, wa=kw,
Je passai trois jours, seul,

Conte du Naufragé

jb=j m sn-nw=j, sDr=kw
avec mon coeur pour (unique) compagnon, allongé

Conte du Naufragé

m-Xnw-n(y) kAp
à l'abri

Conte du Naufragé

n(y) xt, on~n=j Swy.t.
d'un arbre, après avoir embrassé l'ombre.

Conte du Naufragé

aHa~n dwn~n=j rd.wy
Alors j'étendis mes jambes

Conte du Naufragé

=j r rx d.t(j)=j m r(A)=j.
pour chercher ce que je pourrais me mettre sous la dent (litt : mettre dans ma bouche).

Conte du Naufragé

gm~n=j dAb.w,
Je trouvai des figues,

Conte du Naufragé

jArr.wt jm, jAo.wt nb.(w)t Sps.(w)t,
des raisins et toutes sortes de légumes précieux,

Conte du Naufragé

kAw.w jm Hna no(a).wt,
des fruits de sycomore entaillés et non entaillés,

Conte du Naufragé

Ssp.t mj jr=tw=s. rm.w
et des concombres comme s'ils étaient cultivés. Il y avait là des poissons

Conte du Naufragé

jm, Hna Apd.w. nn nt(y).t
ainsi que des oiseaux. Rien

Conte du Naufragé

nn st m-Xnw=f. aHa~n
n'y manquait (litt : il n'y avait rien qui ne se trouvât pas en lui). Alors

Conte du Naufragé

ssA~n(=j) wj, rd~n=j r tA
je me rassasiai, après avoir posé à terre

Conte du Naufragé

n(ty) wr(=w) Hr a.wy=j.
ce qui était (trop) lourd pour mes bras.

Conte du Naufragé

Sdt=j DA, sxpr~n=j x.t, jr~n=j
Ayant arraché un bâton, j'allumai un feu et je fis

Conte du Naufragé

sb-n-sD.t n nTr.w. aHa~n sDm~n=j
un sacrifice pour les dieux. Alors j'entendis

Conte du Naufragé

xrw orj, jb
un cri terrible et je pensai

Conte du Naufragé

=kw wAw pw
que c'était une vague

Conte du Naufragé

n(y) wAD-wr. xt.w Hr gmgm,
de la mer. Les arbres se mirent à craquer

Conte du Naufragé

tA Hr mnmn. kf~n=j
et la terre à trembler. Je découvris

Conte du Naufragé

Hr=j, gm~n=j HfAw
mon visage et constatai que c'était un serpent

Conte du Naufragé

pw, jw=f m jj.t. n(y)-sw
qui venait. Il mesurait (litt : lui appartenaient)

Conte du Naufragé

30 mH, xbsw.t=f, wr(=w) s(y)
30 coudées, sa barbe, elle était longue (litt : grande)

Conte du Naufragé

r 2 mH, Haw=f sxr=w
de plus de 2 coudées, son corps était façonné

Conte du Naufragé

m nbw, jnH.wy=fy m xsbd
dans de l'or, ses sourcils étaient en lapis-lazuli

Conte du Naufragé

mAa, aro(=w) sw r xnt.
véritable et il était penché vers l'avant.

Conte du Naufragé

jw wp~n=f r(A)=f r=j, jw=j
Voici qu'il ouvrit la bouche vers moi, tandis que

Conte du Naufragé

Hr X.t=j m-bAH=f,
j'étais à plat-ventre devant lui,

Conte du Naufragé

Dd=f n=j : (j)n-m(j) jn(w) tw (sp sn), nDs ?
et il me dit : "Qui t'a amené, qui t'a amené, petit homme ?

Conte du Naufragé

(j)n-m(j) jn(w) tw ? jr wdf
Qui t'a amené ? Si tu tardes

Conte du Naufragé

=k m Dd n=j jn(w) tw r jw pn,
à me dire qui t'a amené sur cette île,

Conte du Naufragé

rd=j rx=k tw jw=k m ss,
je ferai que tu te voies réduit en cendre (litt : que tu saches que tu es devenu cendre),

Conte du Naufragé

xpr=t(j) m nty n mA=t(w)=f. jw mdw
et que tu deviennes invisible (litt : comme celui qui ne peut être vu). - Tu me parles

Conte du Naufragé

=k n=j, nn wj Hr sDm
et je n'y prête pas attention

Conte du Naufragé

st, jw=j m-bAH=k,
alors que je suis devant toi,

Conte du Naufragé

Hm~n(=j) wj. aHa~n rd=f wj m r(A)=f,
car je ne me connais plus." Alors il me prit dans sa bouche,

Conte du Naufragé

jT=f wj r s.t=f
m'emporta dans son

Conte du Naufragé

n(y).t snDm, wAH
repaire et me déposa

Conte du Naufragé

=f wj nn dmj.t=j. wDA
sans me blesser. J'étais intact

Conte du Naufragé

=kw, nn jT.t jm=j.
sans que rien ne m'ait été enlevé.

Conte du Naufragé

jw wp~n=f r(A)=f r=j, jw=j
Il ouvrit sa bouche vers moi, alors que

Conte du Naufragé

Hr X.t=j m-bAH=f,
j'étais à plat-ventre devant lui

Conte du Naufragé

aHa~n Dd~n=f n=j : (j)n-m(j) jn(w) tw (sp sn),
et il me dit : "Qui t'a amené, qui t'a amené,

Conte du Naufragé

nDs, (j)n-m(j) jn(w) tw r jw pn
petit homme, qui t'a amené sur cette île

Conte du Naufragé

n(y) wAD-wr nty gs.(wy)=fy m nwy ?
de la mer dont les deux côtés sont dans les flots ?

Conte du Naufragé

aHa~n wSb~n=j
Alors je lui répondis

Conte du Naufragé

n=f st, a.wy=j HAm(=w)
ceci, mes deux bras étendus (en signe de respect)

Conte du Naufragé

m-bAH=f. Dd=j n=f :
devant lui. Je dis :

[Début texte]

Le récit du Naufragé et la réponse du Serpent

Conte du Naufragé

jnk pw hA=kw
"Il se fait que j'étais descendu

Conte du Naufragé

r bjA m wpw.t
vers les mines en mission

Conte du Naufragé

jty m dp.t n(y).t
du Souverain sur un navire de

Conte du Naufragé

120 mH m Aw=s, 40 mH m wsx
120 coudées de long et 40 coudées de large.

Conte du Naufragé

=s. 120 sod jm=s,
120 marins se trouvaient à bord,

Conte du Naufragé

m stp n(y) Km.t.
de l'élite de l'Egypte.

Conte du Naufragé

mA=sn p.t, mA=sn tA,
Qu'ils scrutassent le ciel, qu'ils observassent la terre,

Conte du Naufragé

makA jb=sn r mA(j).w ;
plus brave était leur coeur que celui des lions ;

Conte du Naufragé

sr=sn Da
ils prédisaient une tempête

Conte du Naufragé

n jjt=f, nSny n xprt=f ;
avant sa venue, un orage avant son arrivée ;

Conte du Naufragé

wa m nb, makA jb=f,
chacun d'eux, plus brave était son coeur,

Conte du Naufragé

nxt a=f r sn-nw=f. nn
et plus vaillant que celui de son camarade. Il n'y avait pas

Conte du Naufragé

wxA m-Hr-jb=sn. Da
de maladroit parmi eux. Une tempête

Conte du Naufragé

pr(=w) jw=n m wAD-wr,
était survenue alors que nous étions en mer,

Conte du Naufragé

tp-a sAH=n tA. fAt
avant que nous eussions touché terre.

Conte du Naufragé

TAw, jr=f wHmy.t. nwy.t
Le vent s'étant levé, il fit naître la houle ; il y eut une vague

Conte du Naufragé

jm=f n(y).t 8 mH. jn xt HH(w)
de 8 coudées sous son action. C'est un espar qui la brisa

Conte du Naufragé

n=j s(y). aHa~n dp.t m(w)t=t(j).
pour moi. Alors le navire coula.

Conte du Naufragé

nty.w jm=s, n sp waw jm
De ceux qui étaient à son bord, il n'en resta pas un

Conte du Naufragé

Hr-xw=j, mk wj r-gs=k.
en dehors de moi, et vois, je suis auprès de toi.

Conte du Naufragé

aHa~n jn=kw r jw pn jn
Voici que j'ai été déposé sur cette île par

Conte du Naufragé

wAw n(y) wAD-wr.
une vague de la mer."

Conte du Naufragé

Dd~jn=f n=j : m snD (sp sn),
Il me dit : "N'aie pas peur, n'aie pas peur,

Conte du Naufragé

nDs, m A(y)tw jb=k.
petit homme, ne pâlis pas (litt : ne blanchis pas ton coeur).

Conte du Naufragé

pH~n=k wj, mk nTr rd~n=f
Tu m'as rejoint, vois, le dieu a permis

Conte du Naufragé

anx=k, jn~n=f tw r jw pn n(y) kA,
que tu vives, il t'a porté vers cette île du Ka,

Conte du Naufragé

nn nt(y).t nn st m-Xnw=f,
où rien ne manque,

Conte du Naufragé

jw=f mH(=w) Xr nfr.wt nb.t.
et qui est remplie de tout ce qui est bon.

Conte du Naufragé

mk tw r jr.t Abd Hr
Vois, tu passeras mois après

Conte du Naufragé

Abd r kmt=k 4 Abd
mois, jusqu'à ce que tu aies passé 4 mois complets (litt. accompli 4 mois)

Conte du Naufragé

m-Xnw-n(y) jw pn. jw
dans cette île.

Conte du Naufragé

dp.t r jj.t m $nw,
Un navire va venir de la Résidence,

Conte du Naufragé

sod.w jm=s rx(w)~n=k.
des marins que tu connais étant à son bord.

Conte du Naufragé

Sm=k Hna=sn r $nw,
Tu partiras avec eux vers la Résidence,

Conte du Naufragé

m(w)t=k m njw.t=k.
et tu mourras dans ta ville.

Conte du Naufragé

rS=wy sDd(w) dp(w).t~n=f, sn(=w) x.wt mr !
Comme il est heureux celui qui raconte ce qu'il vécu, le mauvais cap ayant été franchi !

[Début texte]

Le récit du Serpent

Conte du Naufragé

sDd=j rf n=k mjt.t-jry xprw m jw pn
Laisse-moi donc te raconter quelque chose de semblable qui est arrivé sur cette île,

Conte du Naufragé

wn=j jm=f Hna sn.w=j, Xrd.w
où je me trouvais avec mes frères, des enfants

Conte du Naufragé

m-oAb=sn. km~n=n 75 HfAw m
étant parmi eux. Nous comptions 75 serpents de

Conte du Naufragé

ms.w=j Hna sn.w=j, nn sxA=j n=k
ma descendance ainsi que de mes frères. Je ne te parlerai pas

Conte du Naufragé

sA.t kt.t jn(w).t~n=j m sSA. aHa~n sbA
d'une petite fille que j'avais obtenue par la prière. Voici qu'une étoile

Conte du Naufragé

hA=w, pr~n nA m x.t m-a=f. xpr~n rs nn wj Hna(=sn).
tomba et ceux-ci partirent en flamme à cause d'elle. Or il se fit que je n'étais pas avec (eux).

Conte du Naufragé

Am=ny nn wj m-Hr(y)-jb=sn, aHa~n m(w)t=kw n=sn, gm~n=j
Ils brûlèrent alors que je n'étais pas parmi eux et je mourus pour eux, les ayant trouvés

Conte du Naufragé

st m XAy.t wa.t. jr onn=k, dAr jb=k,
comme un unique monceau de cadavres. Si tu es brave, endurcis ton coeur,

Conte du Naufragé

mH=k onj=k m Xrd.w=k, ksn=k
et tu serreras tes enfants dans tes bras (litt : tu rempliras ton giron de tes enfants), tu embrasseras

Conte du Naufragé

Hmt=k, mA=k pr=k. nfr(=w) st r x.t nb.t.
ta femme et tu reverras ta maison. C'est meilleur que tout.

[Début texte]

Les précieux produits de l'île

Conte du Naufragé

pH=k $nw, wn=k jm=f
Tu atteindras la Résidence, tu y vivras

Conte du Naufragé

m-oAb n(y) sn.w=k. wn=k(w) rf
parmi tes semblables." Alors que j'étais

Conte du Naufragé

dmA=kw Hr X.t=j, dmj~n=j
étendu sur le ventre, je touchai

Conte du Naufragé

sAtw m-bAH=f, Dd=j rf n=[f]
le sol devant lui, et je lui dis :

Conte du Naufragé

SDd=j bAw=k n jty, d=j sSA=f
"Je raconterai ta puissance au Souverain, je ferai qu'il soit informé

Conte du Naufragé

m aA=k, d=j jn=tw n=k jbj, Hknw,
de ta grandeur, je ferai que te soient apportés de l'alun (?), de l'(huile-)hekenou,

Conte du Naufragé

jwdnb, XsAy.t, snTr n gs.w-pr.w,
du ladanum, de la (gomme-)khesayt et de l'encens destiné aux magasins des temples, [Retour]

Conte du Naufragé

Htpw nTr nb jm=f. sDd=j rf xpr(w).t
dont chaque dieu se satisfait. Je raconterai donc ce qui m'est arrivé

Conte du Naufragé

Hr=j m mA(w).t~n=j m bAw=(k). dwA-nTr=tw n=k
et ce que j'ai vu de ta puissance. On te rendra hommage (litt : on louera le dieu pour toi),

Conte du Naufragé

m njw.t xft-Hr onb.t tA r-Dr=f. sft=j
dans la Ville (Thèbes) en présence de la cour et du pays tout entier. Je t'offrirai

Conte du Naufragé

n=k kA.w n sb-n-sD.t, wSn~n=j n=k
des taureaux en holocauste, après avoir sacrifié pour toi

Conte du Naufragé

Apd.w. d=j jn=t(w) n=k Ha.w Atp=w
des volailles, je ferai que te soient amenés des navires chargés

Conte du Naufragé

Xr Spss.w nb n(y.w) Km.t mj jrr=t(w) n nTr mrr(w)
de toutes les richesses de l'Egypte comme on le fait pour un dieu qui aime

Conte du Naufragé

rmT m tA wA n rx sw rmT.
les hommes dans une terre lointaine que les hommes ne connaissent pas."

Conte du Naufragé

aHa~n sbt~n=f jm=j m nn Dd(w)~n=j m nf m jb=f,
Alors il se moqua de moi à cause de ce que j'avais dit d'insensé à ses yeux (litt : dans son coeur),

Conte du Naufragé

Dd=f n=j : (j)n wr(=w) n=k atyw, xpr=t(j) (m) nb snTr ?
me disant : "As-tu beaucoup de myrrhe ? Es-tu devenu posesseur d'encens ?

Conte du Naufragé

jnk HoA Pwn.t, antyw n=j-jm(y) sw,
Je suis le prince de Pount et la myrrhe, elle m'appartient !

Conte du Naufragé

Hknw pf Dd(w)~n=k jn=tw=f, bw pw wr n(y) jw pn !
Quant à cette (huile-)hekenou que tu as parlé d'apporter, c'est le principal produit de cette île !

Conte du Naufragé

xpr js jwd=k tw r s.t tn, n sp
Il adviendra que tu t'en iras de ce lieu et que jamais plus

Conte du Naufragé

mA=k jw pn xpr(=w) m nwy. aHa~n dp.t tf
tu ne reverras cette île une fois (re)devenue flots." Puis ce navire

Conte du Naufragé

jj=t(j) mj sr(w).t~n=f xnt. aHa~n=j Sm=kw,
arriva, comme il l'avait prédit auparavant. Alors je m'en allai,

Conte du Naufragé

rd~n(=j) wj Hr x.t oA(=w), sjA~n=j nty.w m-Xnw=s.
me juchai sur un grand arbre et reconnus ceux qui se trouvaient à bord.

Conte du Naufragé

aHa~n Sm=kw r smj.t st, gm~n=j sw rx(=w) st.
J'allai l'annoncer, mais je trouvai qu'il le savait (déjà).

Conte du Naufragé

aHa~n Dd~n=f n=j : snb=t(j) (sp sn), nDs, r pr=k, mA=k
Alors il me dit : "Bon voyage, bon voyage, petit homme, jusqu'à ta maison, puisses-tu revoir

Conte du Naufragé

Xrd.w=k ! jm rn=j nfr(=w) m njw.t=k ; mk Xr.t=j
tes enfants ! Fais que ma renommée soit bonne dans ta ville. Vois, ce sera

Conte du Naufragé

pw jm=k !
ce dont je te charge (litt : c'est ma charge sur toi) !

Conte du Naufragé

aHa~n rd~n(=j) wj Hr X.t=j, a.wy=j xAm(=w) m-bAH=f.
Alors je me mis à plat-ventre, mes bras étendus devant lui,

Conte du Naufragé

aHa~n rd~n=f n=j sb.t m antyw, Hknw, jwdnb,
Et il me donna une cargaison de myrrhe, d'(huile-)heqenou, de ladanum,

Conte du Naufragé

XsAy.t, tj-Sps, SAasx, msdm.t, sd.w
de (gomme-)khesayt, de (bois-)ti-chepes, de (plante-)chaâs, de galène, de queues

Conte du Naufragé

n(y).w mm, mrry.t aA.t n(y).t snTr, nDHy.t
de girafes, de gros morceaux (?) d'encens, de défenses

Conte du Naufragé

n(y).t Abw, Tsm.w, gwf.w, ky.w, Sps.w nb nfr.
d'éléphants, de chiens, de cercopithèques, de babouins et toutes sortes de biens précieux. [Retour]

Conte du Naufragé

aHa~n Atp~n=j st r dp.t tn, xpr~n rd.t wj Hr X.t=j
Je chargeai cela sur ce navire, et il arriva que je me prosternai

Conte du Naufragé

r dwA-nTr n=f. aHa~n Dd~n=f n=j : mk tw spr r $nw
pour le remercier. Alors il me dit : "Vois, tu atteindras la Résidence

Conte du Naufragé

n 2 Abd, mH=k onj=k m Xrd.w=k, rnpy=k
dans deux mois, tu serreras tes enfants contre ta poitrine et tu rajeuniras

Conte du Naufragé

m-Xnw ors.t=k. aHa~n hA=kw r mry.t
dans ta tombe." Je me retrouvai sur le rivage

Conte du Naufragé

m-hAw dp.t tn, aHa~n=j Hr AS n mSa
à proximité de ce navire et je me mis à héler la troupe

Conte du Naufragé

nty m dp.t tn. rd~n=j Hknw Hr mry.t n nb n(y) jw pn,
qui était sur ce navire. Je rendis grâce au maître de cette île,

Conte du Naufragé

nty.w jm=s r mjt.t-jry. na.t pw jr(w)~n=n m-xd
de même qu'à ceux qui se trouvaient à bord. Nous mîmes le cap vers le nord

[Début texte]

Le retour

Conte du Naufragé

r $nw n(y) jty. spr~n=n r $nw
vers la Résidence du Souverain. Nous atteignîmes la Résidence

Conte du Naufragé

Hr 2 Abd mj Dd(w).t~n=f nb.t. aHa~n ao=kw Hr jty,
en deux mois, conformément à tout ce qu'il avait dit. Alors je fus introduit auprès du Souverain,

Conte du Naufragé

ms~n=j n=f jnw pn jn(w)~n=j m-Xnw-n(y) jw pn.
et je lui remis ces présents que j'avais apportés de cette île.

Conte du Naufragé

aHa~n dwA-nTr~n=f n=j xft-Hr onb.t tA r-Dr=f ;
Alors il me remercia devant la cour et le pays tout entier ;

Conte du Naufragé

aHa~n rd=kw r Smsw,
je fus promu Suivant,

Conte du Naufragé

sAH=kw m
et je fus récompensé de

Conte du Naufragé

200 tp. mA wj r-
200 serfs. Regarde-moi

Epilogue

Conte du Naufragé

sA sAH tA, r-sA
maintenant que j'ai regagné la terre, après

Conte du Naufragé

mA=j dp(w).t~n=j ! sDm rk
ce que j'ai vécu (litt : après avoir vu ce que j'ai éprouvé). Ecoute donc

Conte du Naufragé

n r(A)=j ! mk nfr sDm rmT !
mes paroles ! Vois, il est bon d'écouter les gens !

Conte du Naufragé

aHa~n Dd~n=f n=j : m jr jor,
Alors il me dit : "Ne fais pas le malin,

Conte du Naufragé

xnms ! jn-m(j) rd=t(j) mw
l'ami ! Qui donnerait de l'eau

Conte du Naufragé

n Apd HD-tA n sf.t
à l'oiseau à l'aube, pour le sacrifier

Conte du Naufragé

=f dwAw ?
le matin ?"

Colophon

Conte du Naufragé

jw=f pw, HA.t=f
C'est ainsi qu'il va, de son début

Conte du Naufragé

r pH.wy=fy, mj gmy.t m sS,
à sa fin, comme ce qui a été trouvé par écrit,

Conte du Naufragé

m sS sS jor n(y) Dba.w=f,
de la main du scribe aux doigts habiles,

Conte du Naufragé

Jmny sA Jmn-aA anx(=w), wDA(=w), snb(=w).
Imeny, fils d'Imenâa, Vie, Prospérité, Santé.

[Haut de Page]

Bibliographie

[Sommaire]