home

Hatchepsout, la femme qui voulut être roi

Cartouche d'Hatchepsout

...la première des nobles, celle qui s’unit à Amon, ce sera assurément le nom de cette fille que j’ai placée dans ton ventre, (suivant) ces paroles sorties de ta bouche.

Une femme sur le trône d'Horus

Cinquième Pharaon de la XVIIIème dynastie, troisième femme à occuper le trône d’Horus, Hatchepsout est, avec Akhenaton, le souverain qui a posé le plus de questions aux spécialistes et inspiré le plus grand nombre de fantaisies romanesques.

Son règne est énigmatique et passionnant à plusieurs égards :

• Tout d’abord, c’est une femme, une exception dans l’histoire Pharaonique.

• Son « pedigree » est prestigieux : fille de roi (Thoutmôsis 1er, femme de roi (Thoutmôsis II), demi-sœur de roi (Thoutmôsis II), régente de Thoutmôsis III (son beau-fils et neveu à la fois).

• Son règne est un grand règne qui vit de spectaculaires réalisations architecturales.

• L’expédition qu’elle organisa vers le pays de Pount et qui se trouve relatée sur les murs de son temple de Deir El-Bahari constitue une formidable source documentaire.

• Elle sut s’entourer d’hommes exceptionnels, en particulier le grand intendant d’Amon, Senmout, qui laissa une tombe passionnante pour les astronomes.

• Sa mémoire fut proscrite 20 ans après sa disparition, ce qui a suscité une grande quantité de spéculations.

Comme il est impossible de faire le récit exhaustif d’une période aussi riche, ce sont quatre aspects particuliers de ce règne prestigieux, ceux qui ont engendré le plus d’idées fausses et révélé les préjugés des égyptologues modernes qui seront traités dans ces pages :

• Hatchepsout ne fut pas une usurpatrice.

• La damnatio memoriae dont elle fut victime après sa mort n’est pas le résultat d’une vengeance posthume.

• L’expédition au pays de Pount, commerciale et scientifique.

• Senmout, le « grand des grands ».

Sommaire

[Haut de Page] [Suivante]